Revue des missions « Paysage Eau Biodiversité » : compte-rendu
2 Avr, 2021

5 mars 2021

 Nous n’attendions rien. Nous n’avons pas été déçu.es !

Revue des missions : A la demande de la ministre B. Pompili, exercice qui vise à s’interroger sur la pertinence des missions après 10 ans de réductions d’effectifs, dans l’espoir affiché d’arrêter l’hémorragie !…

La veille, dans une réunion téléphonique montée en dernière minute, nous apprenions la décision de la ministre de transférer les laboratoires d’hydrobiologie des DREAL vers l’OFB.

Au lendemain d’un nouveau suicide d’un collègue de l’OFB, le troisième en 14 mois, la réunion a commencé par 1 mn de silence ; acte formel de l’administration rapidement oublié. …

Les premières réflexions de l’administration présentées dans la note-projet du 23 Février, sont particulièrement affligeantes.

La FSU dans son intervention liminaire a volontairement cherché à recontextualiser ces missions, leur raison d’être et les conditions de leurs mises en œuvre.

Les réflexions de l’administration sont biaisées ce qui est clairement annoncé dès le premier paragraphe : le seul objectif affiché est de s’inscrire dans les schémas d’emploi successifs de notre ministère soit -2,5%/an. Le reste des réflexions ne vise ensuite qu’à dimensionner le niveau d’ambition environnementale à l’aune de cette réduction des moyens.

La novlangue(*) mise en oeuvre pour masquer cette réalité pourrait prêter à rire tant c’est caricatural, si les enjeux et leurs conséquences pour les personnels n’étaient pas si importants !

Sur le fond, cette note révèle la profonde méconnaissance de l’administration centrale de l’organisation réelle de notre ministère, du fonctionnement des services et plus encore des établissements publics, même si l’administration finit par reconnaître que ceux-ci devront être consultés [ou associés] … mais qu’ils ne l’ont pas encore été !

Pendant la réunion, nous avons dénoncé l’absence d’un véritable état des lieux des missions effectuées aujourd’hui, des missions déjà abandonnées, et des moyens humains qui leurs sont affectés. Nous avions rappelé auparavant que les effectifs sur les missions PEB sont de 3000 dans les services de l’État et de … 5000 dans les établissements publics.

La FSU a dénoncé la vision très « utilitaire » de la nature qui est développée pour les missions futures : la nature doit y répondre aux usages des humains ! Elle a par ailleurs critiqué l’absence de toute réflexion sur les mises en oeuvre opérationnelles de ces politiques et par conséquent sur les moyens nécessaires.

Nous avons également remarqué que la connaissance et l’expertise n’étaient quasiment pas évoquées alors qu’elles constituent à nos yeux des missions essentielles, sans lesquelles aucun autre volet de la politique environnementale ne peut exister (police, conseils techniques, planification …).

La suite des évènements ? Des discussions annoncées plus concrètes et l’attente de rapports d’inspection. Le travail est énorme si on veut le faire correctement et le temps passe … Le ministère croit-il vraiment à cette revue des missions ?

Pas ou peu de réponse de l’administration. Et pour nous une énorme interrogation :

Comment une revue des missions ainsi engagée pourra permettre à notre ministre et à son administration de défendre nos emplois face à un ministère des finances toujours plus hégémonique ?

Les derniers articles du SNUITAM

Share This